M2MI
Fashion

L’ortie, le coton de demain ?

le coton de demain

L'ortie

La responsabilité écologique est un concept de plus en plus ancré dans l’imaginaire des consommateurs. Les français notamment font très attention à tout ce qu’ils consomment, de la table aux vêtements en passant par la mobilité.

Et si l’avenir du textile se trouvait dans l’ortie ? C’est en tout cas le pari du groupe alsacien Velcorex-Matières Françaises qui souhaite réhabiliter cette plante bien plus écologique que le coton.

Les consommateurs se tournent davantage vers des textiles durables, fabriqués avec des matières plus respectueuses de la planète et de l’homme.

L’industrie du textile a des impacts considérables sur l’environnement : utilisation d’importantes quantités d’eau potable et d’énergie, consommation de pesticides, pollution des rivières et des terres agricoles, émissions de gaz à effet de serre, etc. Sans parler des conditions de travail infligées aux ouvriers du secteur, principalement dans les pays en développement. La culture du coton est particulièrement concernée.

Cette tendance éco-responsable dans la mode a été suivie par certaines grandes marques qui crient des collections capsules ou des lignes de vêtement bio dans le but de s’intégrer dans cette logique « green ». Salvatore Ferragamo par exemple a développé une ligne de vêtements fabriqués à partir de fibres d’agrumes.

En France, le groupe Velcorex-Matières Françaises, constitué de quatre sociétés alsaciennes de textile haut de gamme, se tourne lui aussi vers des matières écologiques.

Velcorex souhaite implanter le retour de l’ortie. Cette plante était utilisée en Égypte pour constituer des tissus pour embaumer les corps de momies par exemple. Depuis l’arrivée du coton, l’ortie a été complétement mise à l’écart dans l’industrie textile. Cette plante est considérée à tort comme une mauvaise herbe car les marques optent plutôt par le rendu final du coton. Pierre Schmitt, le PDG de Velcorex-Matières Françaises, souhaite ainsi remettre au goût du jour cette plante. Pour cela, Velcorex souhaite créer de la valeur ajoutée au rendu finale du produit tout en respectant un processus équitable.

L’ortie est bien plus écologique que le coton. Cette plante demande peu d’eau, peu d’entretien et n’a pas besoin de pesticides. Les fibres d’ortie sont aussi très résistantes.

Pour passer à une production de masse, Pierre Schmitt, qui a présenté en septembre 2017 un pantalon 100% ortie lors du salon Première Vision de Paris, doit élargir la production pour commercialiser ses premiers vêtements en ortie à partir de cette année 2018.

Auteur

Eduardo Balaciano Dourlen

SHARE PROJECT
  • Auteur : Eduardo Balaciano Dourlen