Fashion world

Vollebak, un sweatshirt compostable à base de plantes et de grenades

Un sweatshirt compostable à base de plantes et de grenades

Vollebak

Un vêtement réduisant l’empreinte carbone, fabriqué de manière durable

La start-up londonienne Vollebak a conçu un sweat à capuche en eucalyptus, entièrement biodégradable et compostable en 8 semaines ! Celui-ci est fabriqué à partir de pulpe d'eucalyptus et de bois de hêtre provenant de forêts gérées durablement, certifiées par the Forestry Sustainability Council (FSC) et the Programme for the Endorsement of Forest Certification (PEFC).

Ce sweat, composé de plantes, doit sa teinte (qui se rapproche de la couleur de la mousse,) aux écorces de grenade, qui sont habituellement jetées. Il est ensuite cousu avec du fil de coton recyclé.

Vollebak, créée en 2015 par deux frères jumeaux, Nick et Steve Tidball, affirme que leur sweat peut se décomposer complètement en 12 semaines s'il est enterré dans la terre, ou en 8 semaines dans un compost domestique, et encore plus rapidement dans une usine de compostage. Sa vitesse de décomposition peut aussi varier en fonction du climat. En effet, les environnements contenant des bactéries dégradent la matière plus rapidement.

Le défi relevé par la start-up était de créer un vêtement qui puisse être fabriqué de manière durable. Vollebak a pensé tout, puisque ce sweat est entièrement biodégradable, jusqu’à l’étiquette d'instructions d'entretien conçue pour se dissoudre après le premier lavage.

Pour fabriquer son sweat, la marque Vollebak utilise un processus de production en circuit fermé, où plus de 99 % de l'eau et du solvant utilisés pour transformer la pulpe en fibre ont été recyclés et réutilisés.

Lorsque le sweat aura atteint la fin de sa vie, peu importe à quel moment, vous pourrez le jeter dans votre compost ou l’enterrer dans votre jardin. Sa composition n’impacte en aucun cas sa durée de vie et son apparence. C’est comme un sweat normal… ou presque !

En créant ce sweat, Vollebak cherche à réduire l'empreinte carbone globale s’élevant à 2,8 milliards de tonnes pour le secteur et à réduire le nombre de vêtements jetés dans les décharges. En effet, selon l'Agence Américaine de Protection de l'Environnement, les vêtements représentent 7,6 % des déchets dans les décharges américaines, ce qui est considérable. La marque souhaite revenir à l'époque où l'on pouvait jeter ses vêtements en forêt et où la nature s'occupait du reste. Leur sweat n’ira jamais à la poubelle ; Vollebak s’attaque donc au problème à la source.

Dévoilé en septembre 2020, ce sweat a fait fureur puisqu’il est en rupture de stock dans toutes les tailles, malgré son prix élevé de 260€.

La marque avait déjà proposé un t-shirt à base de plantes et d’algues, qui se décompose en 3 mois, un manteau en graphène qui agissait comme un radiateur, ou encore une veste en métal anti-virus, fabriqué à partir d’environ 11 kms de cuivre. La marque de vêtements expérimentaux proposera à la vente en 2021, la Garbage Watch, conçue à partir de déchets électroniques. La liste d’attente pour la Garbage Watch est ouverte

Site web de Vollebak

Auteur

Lucie Esnault

SHARE PROJECT
  • Auteur : Lucie Esnault