Fashion world

FLWRDWN, une doudoune remplie de pétales de fleurs

une doudoune remplie de pétales de fleurs

FLWRDWN

Une doudoune, dont le rembourrage est composé de fleurs sauvages, afin d'offrir une alternative sans cruauté au duvet de canard ou d'oie et au rembourrage synthétique

Si vous souhaitez faire des achats éthiques et durables, les doudounes correspondant à ces critères,  sont un produit qui risque d’être difficile à vous procurer. En effet, les doudounes en plumes traditionnelles sont souvent associées à la cruauté envers les animaux (les oiseaux sont plumés vivants ou tués exclusivement pour leurs plumes). Lorsque le rembourrage n’est pas en plumes d'oiseaux, il est composé de matériaux synthétiques à base de pétrole, comme le polyester. Celui-ci n’est pas biodégradable et libère des microplastiques. Aucune de ces options n'est idéale ! Alors que doit faire un client qui a froid, mais qui est aussi conscient des problèmes environnementaux et éthiques ?

La marque Pangaia vous propose une alternative : sa doudoune  FLWRDWN, remplie de fleurs sauvages naturelles. Cette solution durable n’est ni cruelle pour les animaux, ni pour la planète. En plus d'être ultra-chaude, moelleuse et hypoallergénique, le "duvet de fleurs" est 100% biodégradable.

Le rembourrage, appelé Flower Down, a été créé après 10 ans de recherche et de développement. Il associe des fleurs sauvages, un aérogel et un biopolymère pour créer un matériau d'isolation thermique durable. Le biopolymère est produit à partir de maïs provenant d'Amérique du Nord, qui est entièrement compostable. Le tout est contenu dans une enveloppe matelassée fabriquée à partir de polyester recyclé, qui se décline en plusieurs coloris (noir, blanc ou marine…).

"Nous utilisons un type de fleurs sauvages qui est facile à trouver et qui a une qualité fibreuse particulière", a expliqué Dr Amanda Parkes, responsable de l'innovation chez Pangaia.

Les fleurs que l’entreprise utilise sont des fleurs sauvages, qui ne sont pas traitées par des pesticides. Elles sont cueillies à la main afin de garantir une qualité optimale. Ce processus permet de préserver les écosystèmes.

Le fait de cueillir des fleurs sauvages et de les laisser repousser naturellement, aident à préserver la nappe phréatique. En effet, ces pratiques agricoles ne nécessitent pas d'irrigation externe. De plus, elles contribuent également à la protection d'une espèce de papillons locaux en contribuant à la restauration de leur habitat.

Site web du projet 

Auteur

M2MI

SHARE PROJECT
  • Auteur : M2MI