Fashion world

Biogarmentry : un tissu vivant pour révolutionner l’industrie textile

un tissu vivant pour révolutionner l’industrie textile

Biogarmentry

Le biogarmentry, actuellement au stade de prototype, est conçu à partir d’algues dans le but de créer une mode durable et meilleure pour l’environnement.

De nombreux dégâts environnementaux et sociaux sont causés par la « fast fashion ». En effet, les déchets textiles sont nombreux. D’après l'Agence Américaine de Protection de l'Environnement, les consommateurs américains jettent environ 70% des vêtements et des chaussures produits chaque année dans des décharges. Ceci a des impacts néfastes sur l’environnement. Afin de résoudre ce problème, Roya Aghighi, chercheuse au "Materials Expérience Lab", explore depuis 2019, le potentiel des vêtements vivants et photosynthétisants dans le but de créer une mode  durable. Son projet actuel se nomme Biogarmentry. Il est issu d’une collaboration entre un groupe de scientifiques, d'ingénieurs en matériaux, et de biologistes de l'Université de la Colombie-Britannique. Les organismes vivants des algues sont les éléments essentiels du processus de conception du premier textile vivant et photosynthétisant. Un premier test de ce concept a eu lieu. Il démontre la survie de cellules vivantes photosynthétiques sur des tissus naturels. De ce fait, on obtient un textile 100% naturel, entièrement compostable et biodégradable. Ce textile est transparent et moucheté (et plutôt élégant).

Les organismes vivants sont conçus pour être le textile lui-même. En effet, le textile reste vivant pendant la période d’utilisation. Le matériau agira donc, tout en vivant, pour purifier l’air grâce à la photosynthèse. A noter que pour activer la photosynthèse, il faut placer le tissu deux heures au soleil.

Les consommateurs, en portant ce nouveau tissu dans leur quotidien, réduiront une partie des dommages qu’ils causent à la planète. Cependant, le cycle de vie du textile photosynthétique vivant dépend de la manière dont son utilisateur en prend soin. Par conséquent, les biogarments seront accompagnés d’instructions d’entretien afin de les maintenir en vie.

En conclusion, on remarque que l’objectif principal de ce projet est de trouver une alternative à l’industrie textile actuelle afin de réduire son impact carbone. La créatrice de ce projet aimerait également  reconnecter les consommateurs à leurs vêtements en  faisant changer leurs comportements traditionnels d’achat au profit de comportements d’achats plus respectueux de l’environnement. Elle souhaiterait leur faire suivre le schéma suivant : acheter, entretenir et composter leurs vêtements.

A noter que la poursuite de ce projet se fera en collaboration avec le laboratoire BioDesign de l’Université des Sciences Appliquées d’Avans.

Site web du projet 

Auteur

Lucie Esnault & Anne-Cécile Cochet

SHARE PROJECT
  • Auteur : Lucie Esnault & Anne-Cécile Cochet