M2MI

Développement durable et éco-innovation : le cas Rhovyl

rhovyl-developpement-durable-eco-innovation

Dans le cadre de notre cours de développement durable et éco-innovation, nous avons étudié un cas réel d’entreprise : la société Rhovyl. Après une brève présentation, nous présenterons la démarche de l’entreprise et procéderons à des recommandations pour cette dernière.


La société Rhovyl est une entreprise française qui produit « des fibres et chlorofibres synthétique et textile pour l’habillement, pour l’industrie. » L’entreprise est en tout début de processus. Elle s’est engagée dans une démarche DD en partant du constat que le monde a changé, et qu’elle ne peut plus se permettre d’être insouciante tant les évolutions de l’environnement menace son avenir. De plus, les consommateurs désirent trouver des produits plus éco-responsables et la société souhaite accompagner cette demande sans faire de greenwashing. Cette décision provient de la direction et non d’une demande de ses clients, en effet, ces derniers n’ont jamais évoqués de revendications.

Afin de mener à bien sa démarche DD, Rhovyl essaye de promouvoir sa démarche dans tous les secteurs et à tous les niveaux de l’entreprise afin que tout le monde soit sensibilisé à cette problématique et la comprenne, la transparence est donc nécessaire.

L’objet de la démarche de Rhovyl est de fabriquer des produits éco-conçus. En effet, l’entreprise est déjà labélisée Oekotex 100. Ce label permet de prouver qu’aucune substance nocive n’a été utilisée pour la fabrication du produit, c’est donc un gage de produit irréprochable pour la santé.

Au niveau économique, l’impact qu’attend l’entreprise de la mise en place de la démarche DD (coûts, investissement, rentabilité…) est bien évidemment l’engagement de dépenses au début du processus pour un retour à terme.

En ce qui concerne, la responsabilité sociétale, la production des produits Rhovyl est assurée à 100% en France, elle n’a donc pas d’engagement dans les pays étrangers pour atteindre le respect des droits fondamentaux. Ceci dit, l’entreprise assure la liberté d’association et la reconnaissance du droit de négociation collective, des syndicats sont présents dans la société. De plus, les salariés sont issus de milieux différents ce qui permet d’assurer l’élimination de toute forme de discrimination et l’entreprise essaye d’assurer l’égalité des chances devant l’emploi.

L’entreprise étant impliquée dans une démarche de développement durable depuis peu, sa responsabilité environnementale est de plus en plus importante et ce à tous les niveaux. Par exemple, pour les quantités d’eau utilisées, le rejet de gaz à effet de serre, les déchets qui sont soit recyclés en interne soit traités dans une centrale d’épuration… L’entreprise est en début de démarche développement durable mais a déjà entamé de nombreuses actions afin d’avoir une réelle responsabilité environnementale.

Après une analyse de la démarche, voici nos recommandations pour l’entreprise.

L’interlocuteur avec lequel nous avons été amené à communiquer est une personne de la R&D, ce qui implique que ce dernier n’est pas apte à répondre à toutes les questions et n’a pas été formé dans ce but. Nous recommandons donc à l’entreprise, de communiquer de façon plus précise et plus efficace sur ses actions.

De plus, une communication en interne doit être mise en place afin de sensibiliser les employés. D’une part, ils se sentiront concernés par les problématiques et essayeront de mieux y répondre, d’autre part, il faut leur montrer concrètement quels sont les impacts de leur travail sur les objectifs de l’entreprise.

Les fournisseurs ont également un rôle à jouer, il s’agit de les encourager à s’engager dans cette démarche. Il faut donc les informer sur la démarche en leur mettant à disposition des documents sur le développement durable. Il s’agit donc de créer une relation avec les fournisseurs, afin qu’ils se sentent concernés et impliqués.

Leur impact sur l’environnement doit être connu afin de les aider à le diminuer si nécessaire.

YOUR COMMENT